Dites donc, ça fait longtemps qu’on n’a pas parlé de développement personnel ici! Je remédie à ce manque illico presto et je vous parle du livre de Mark Manson : l’Art subtil de s’en foutre.

Si vous savez rire des choses sérieuses, si vous aimez l’irrévérence et que vous trouvez que les gros mots ont parfois des vertus cathartiques, vous aimerez ce livre. Si une bonne dose de bon sens et d’empathie ne vous feraient pas de mal, vous l’aimerez aussi.

 

POUR EN SAVOIR PLUS SUR L’AUTEUR

J’ai découvert son existence en regardant son interview avec Marie Forleo : c’est en anglais mais vous pouvez activer la traduction automatique de You Tube et c’est une bonne façon de faire connaissance avec le monsieur.

Si vous lisez l’anglais, Mark Manson est un auteur qui publie son travail principalement sur son blog et c’est là que vous pourrez lire entre autre l’article qui a rameuté les foules et qui a finalement été développé pour écrire ce livre.

MA CITATION PRéFéRéE

Je suis une surligneuse compulsive et je peux vous dire que j’y suis allée à coeur joie, parce qu’il y en a des savoureuses! Finalement, j’en ai choisi une qui me semble bien résumer l’intention de l’auteur.

« C’est un livre pour vous mouvoir avec légèreté malgré vos lourds fardeaux, apaiser plus facilement vos plus grandes peurs, rire de vos larmes alors que vous êtes en train de pleurer. »
Photo by Johnny McClung on Unsplash

MA LECTURE

Ce livre se veut à contre-courant de la course effrénée au bonheur à laquelle il peut nous sembler que nous devons tous absolument participer, tant on nous y incite. Aspirer au bonheur, ça paraît plutôt sensé au premier abord, pourtant. Une fois qu’on a réglé nos problèmes de survie, qu’est-ce qu’on veut? Etre heu-reux. Le problème, c’est que comme il y a quand-même dans nos vies des jours (semaines, mois, etc.) pourris, on finit par se poser des questions sur son capital bonheur et on finirait même par s’en vouloir de ne pas arriver à être heureuse, alors que parfois on a toutes les raisons de ne pas l’être. Du coup, on n’est pas loin de penser qu’on est en train de rater sa vie puisqu’on est en train de rater le bonheur. Mince…

Toute la première partie du livre est consacrée à remettre en cause une (et non pas nécessairement LA) pensée positive exacerbée et aveugle à la réalité des gens. En cela, je trouve que le discours de Mark Manson se rapproche du discours de la pleine conscience pour qui la souffrance et la joie sont les 2 faces d’une même pièce. Vivre, c’est savoir accueillir les deux. On construit son bonheur, ses instants de bonheur j’ai envie de dire, en reconnaissant sa souffrance, en faisant preuve de compassion envers soi, sans s’y accrocher et se perdre dans les ruminations, en ayant conscience aussi que rien n’est permanent et que donc elle a le potentiel de se transformer en paix et en joie. Pour revenir à Mark Manson: si on veut avoir une chance d’être heureux, il faut arrêter d’essayer de l’être à tout prix, accepter que la vie apporte immanquablement son lot de problèmes mais par contre, faire le tri.

Et c’est là que Mark Manson entreprend de nous apprendre l’art subtil de s’en foutre. Parce-que s’en foutre ne veut pas dire devenir indifférente à tout, non madame. S’en foutre, c’est choisir consciemment ce qui nous importe et laisser tomber le reste, c’est choisir les problèmes sur lesquels on a envie de se pencher et choisir de les transformer. Toute la deuxième partie du livre développe cette notion de choix qui est liée à la conviction de l’auteur (que je partage) que si nous ne sommes pas coupables de ce qui nous arrive, nous sommes responsables de ce que nous en faisons.

Photo by Thought Catalog on Unsplash

J’ai bien aimé ce livre. Est-ce que c’est un livre de fond? Non, mais c’est un bon début. Il fait du bien. J’ai ri, j’ai souri, c’était intelligent sans prendre la tête et j’ai noté quelques bon conseils au passage. Au-delà de tout ça, ce que j’ai apprécié le plus peut-être, c’est l’empathie de Mark Manson qui parsème son discours et ses conseils d’anecdotes personnelles. Finalement, ce qu’il nous dit c’est: “moi aussi.”

INFOS PRATIQUES

Titre: L’art subtil de s’en foutre – un guide à contre-courant pour être soi-même

Auteur: Mark Manson

Editeur: Eyrolles

Pages: 188 pages

En français*

En anglais*

Bonne lecture!

Et si cet article vous a plu, merci de le partager. smile

Les liens marqués d’un * sont des liens affiliés. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter mes informations légales.