This post is also available in: en

La première fois que j’ai regardé cette vidéo, j’étais super stressée, fatiguée et fâchée avec le monde entier. C’est le TED Talk de Louie Schwartzberg, son cadeau de Beauté, Nature, Gratitude. Elle m’a fait tellement de bien que j’ai eu envie de la partager avec vous! 

LA PRATIQUE DE LA GRATITUDE

 

La vidéo se suffit à elle-même mais j’avais aussi envie de partager ma petite expérience parce que jusqu’à il n’y a pas si longtemps, je n’avais pas vraiment compris cette histoire de pratique de la gratitude. J’avais déjà essayé avec cet exercice où on liste un nombre déterminé de choses pour lesquelles on est reconnaissante. Par exemple, chaque jour en fin de journée, vous listez 5 choses, les plus petites ou a priori insignifiantes soient elles. L’important, c’est qu’elles vous aient rendue heureuse, ne serait-ce que pour quelques minutes. Je ne suis jamais arrivée à lister autre chose que des platitudes. Oui, c’est sûr que je suis reconnaissante d’avoir des gens que j’aime et qui m’aiment, mais à part ça? Le Blanc. La Loose, quoi.

Photo by Oli Dale on Unsplash

LE PETIT COUP DE POUCE DE LA NATURE

 

J’ai finalement compris un Samedi où je m’étais pourtant réveillée de sale humeur. Je n’avais pas entendu mon réveil et je suis passée en mode panique à peine les yeux ouverts – le genre de panique qui vous fait tourner en rond parce que le seul neurone en état de marche se rappelle qu’il y a quelque chose à faire mais n’est pas fichu de se rappeler quoi. Bref, j’ai fini par rassembler mes neurones et mes fringues et je suis arrivée à mon club d’aviron en 15 minutes chrono, en vrac et de très mauvaise humeur pour la journée.

MAIS.

Ce jour là, notre petit coin du monde avait reçu en cadeau une magnifique, somptueuse journée d’été en plein milieu de l’automne et c’était si facile de ressentir de la gratitude que le soir, je n’étais finalement qu’arcs-en-ciel, licornes et petits coeurs. Peut-être aussi que c’est parce-que j’avais regardé cette vidéo la veille… A la fin de la journée, j’avais une liste longue comme le bras.

Par exemple, il y avait :

  • la brume au-dessus de l’eau et l’atmosphère un peu irréelle du petit matin,
  • les rayons de soleil qui illuminaient les variations de rouge et de vert sur les arbres,
  • le cygne qui nettoyait ses plumes au soleil et qui irradiait tellement de chaleur qu’il avait son propre petit halo brumeux,
  • la compagnie des copines qui avaient embarqué avec moi quand j’ai grommelé ma mauvaise humeur et mon refus de ramer seule ce matin là,
  • le fait que ce soit un Samedi,
  • le fait que je me sois malgré tout réveillée 15 minutes suffisament tôt pour être là.
Photo by Kalen Emsley on Unsplash

EUREKA!

 

Finalement, c’était facile parce-que c’était facile d’être présente. Ce que j’ai compris, c’est que pratiquer la gratitude, ce n’est pas passer ma journée en pilotage automatique et rechercher après coup une liste de choses pour lesquelles je pense que je devrais être reconnaissante. C’est vivre ma journée en étant totalement présente, en prêtant toute mon attention à chaque petit détail du tableau et en me saisissant de chaque petite chose qui me fait me sentir si bien, si vivante et  du coup si chanceuse que j’ai envie de dire merci.

Et comme tous les jours ne sont pas des samedis avec un temps magnifique, c’est essayer malgré tout d’être suffisamment présente chaque jour pour capturer du beau, du bon, du qui-fait-du-bien.

ET les autres jours?

 

Je ne note toujours rien mais c’est parce-que je n’en ressens pas l’envie. Par contre, je remarque que je réapprends petit à petit à arrêter le tourbillon quelques secondes par-ci par-là, juste le temps d’être présente et d’apprécier des petits riens qui me font sourire. Pas tous les jours, mais de plus en plus souvent. Même quand ce n’est pas Samedi. Même quand il ne fait pas beau. Et quand j’ai besoin d’une piqure de rappel, je revisionne le cadeau de Louie Schwartzberg.

J’espère que cette vidéo vous inspirera aussi.